Compagnie Stalker

Création - Recherche – Enseignement

Isabelle Kürzi fonde en 2006 l’association Compagnie Stalker, nom faisant référence au film d’Andreï Tarkowski,  Stalker mettant en scène la quête d’un écrivain et d’un scientifique tout deux accompagnés d’un passeur, nommé le « stalker », qui va les guider à travers une zone désertée et les conduire à une chambre secrète.

La compagnie Stalker développe des projets de création chorégraphique, de recherche et d'enseignement questionnant le désir de connaissance de l’être humain, sa vulnérabilité et sa force, cheminant aussi vers la part inconnue de soi et partant à la découverte du monde. Le croisement avec d’autres médiums et particulièrement le texte, l’image et la voix s'associent au geste pour mener cette quête.

En 2006, elle crée le solo Unheimlich (L’inquiétante étrangeté) dont l’écriture associait le geste, la parole et l'image vidéo. Elle partage cette recherche sur le rêve et l’inconscient avec Michèle Bokanowski qui signe la musique de la pièce et entame le début d’une collaboration avec l’éclairagiste et metteuse en scène Marie-Christine Soma.

Dessin Sur le fil UNH Dégradé 2 couleurs
Dessin Encre Yeux UNH Dégradé .png

Avec sa deuxième pièce Tempus Octo créée en 2015 elle poursuit ce chemin partant de la figure de l’actrice Jean Seberg en l’inscrivant dans une écriture chorégraphique croisant paroles et mouvements, perception du temps cyclique et linéaire. Le paramètre temporel devient une préoccupation première pour la chorégraphe tant au niveau de l’écriture gestuelle que de l’expression de l’être. 

Dessin Tempus CLAIR.png

En 2017, Isabelle Kürzi chorégraphie et met en scène la pièce En rotation, à partir du poème « Ode maritime » de Fernando Pessoa, pour les vingt élèves de 3ème année de l’Ecole du jeu à Paris. Ce projet marque une nouvelle étape, d’une part, par rapport à la question de la relation entre l’écriture chorégraphique et l’écriture théâtrale, ce pont entre les deux écritures étant fondé sur l’acte de perception, et d’autre part, par le développement d’une écriture chorale, le monologue d’Ode maritime étant partagé entre les vingt élèves sous forme de relais.

Diplômée d’un master Arts, Philosophie, Esthétique option Danse à L'Université de Paris VIII en 2017 elle rédige un mémoire sur la question de l’expérience temporelle en danse à partir de témoignages personnels et d’entretiens avec des interprètes. Elle poursuivra se travail de recherche dans le cadre du projet L’expérience temporelle en danse soutenu par le Centre National de la Danse dans le cadre de l’Aide à la recherche et au patrimoine en danse 2020, le Centre Chorégraphique National de Tours / Thomas Lebrun, et La Briqueterie / Centre de Développement Chorégraphique National du Val-de-Marne.

Dessin Inconscient 21x28 CM COLOR.png

dessins Isabelle Kürzi